2 bis place de Touraine 78000 Versailles

01 30 21 66 06

La mobilité professionnelle : un atout pour sa carrière !

La mobilité professionnelle : un atout pour sa carrière !

- BON À SAVOIR

 
 
64 % des salariés pensent changer au minimum trois fois de métier au cours de leur carrière.
Le modèle du métier unique pour la vie semble bel et bien révolu. La majorité s’accorde sur ce point et les salariés le vivent déjà au quotidien. Toutefois, une minorité (14 %) reste attachée à l’idée d’exercer un même métier tout au long de sa vie professionnelle, selon une enquête Ifop, menée pour Monster.

La mobilité professionnelle est indispensable dans la construction d’une carrière
Ne plus faire du surplace, bouger au sein de son entreprise, changer d’employeur ou aller plus loin en s’expatriant, autant de possibilités offertes par la mobilité professionnelle.
53 % des plus de 40 ans subissent une mobilité non-choisie.
Sur ces 5 dernières années, plus d’un tiers (38 %) des salariés confient avoir déjà vécu une mobilité due à leur travail.

Pourquoi se reconvertir ?
La reconversion professionnelle chez les salariés est davantage provoquée par un sentiment d’exaspération lié à leur travail actuel (49 %), plutôt que par l’envie de s’épanouir dans son travail en se lançant, par exemple, soudainement des défis (20 %).
15 % des Français se reconvertiraient afin de réaliser leur rêve d’enfant et 11 % pour devenir entrepreneur.
Néanmoins, les inquiétudes face à une mobilité professionnelle sont réelles puisque 44 % des Français considèrent le changement de métier, d’activité ou d’entreprise comme risqué. 

Le salaire est l’élément déclencheur de la mobilité professionnelle
Si, d’ici 2 à 5 ans, la moitié des salariés se prépare à vivre une mobilité, le passage à l’acte est motivé par des éléments différents :
- pour 59 % des sondés le salaire  constitue le premier déclic poussant à la mobilité professionnelle
-  45 % évoquent l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle 
-  44 % aurait besoin de changer d’environnement de travail.  
 
La mobilité géographique est très prisée
Plus d’1 français sur 3 envisage de travailler à l’étranger
66 % des actifs estiment que le monde du travail en France est peu ouvert à la mobilité professionnelle, ce qui explique l’attrait pour l’étranger.
55 % pensent que la conjoncture politique et économique de la France pousse les actifs à partir ailleurs pour se construire un meilleur avenir professionnel.
Le Canada est la première destination des actifs candidats à l’expatriation professionnelle (22 %), ensuite viennent les Etats-Unis (15 %). Les pays d’Europe, quant à eux, occupent les 3e et 4e places, respectivement l’Espagne (10 %) et le Royaume-Uni (9 %). Tandis que 8 % des sondés souhaitent s’expatrier en Australie.